#CARVENSEENBY Arthur Dreyfus

En guise de Calendrier de l’Avent, Carven a donné carte blanche à 20 artistes afin qu’ils réinterprètent chacun une pièce phare de la collection croisière 2018. Serge Ruffieux a commissionné l’écrivain et scénariste Arthur Dreyfus, à la plume suave.
Qui êtes-vous ?
Je suis un jeune homme vert qui aime le ciel bleu avec ou sans nuages. Tout ce qui m'émeut est doux : la douceur est mon maître-mot. Je crois que les mots sont des images et les images des mots. J'aurais aimé avoir le sens du rythme et un bon coup de crayon. À dix-huit ans je voulais être acteur. À dix-neuf ans j'ai compris que je ne savais pas réciter les mots des autres. À vingt ans j'ai écrit mon premier roman. Que symbolise pour vous cette période d'attente avant Noël ?
Elle rappelle l'utilité de la couette. J'aime comparer les plaisirs. Mieux vaut-il avoir chaud au soleil, les pieds dans le sable face à l'océan, ou bien dans mon lit au cœur de l'hiver, avec un thé aux épices et un ami à embrasser ? Quant aux cadeaux, je suis de ceux qui aiment mieux en faire. Si vous souhaitez me faire plaisir, demandez-moi de vous faire plaisir Quel serait votre rêve artistique ultime pour l'année 2018 ?
Qu'on laisse les artistes créer en paix sans fliquer leur inconscient ou leurs intentions. Mais je sais que c'est illusoire. Alors d'un point de vue plus personnel, mon rêve artistique demeure le même : être suffisamment triste pour avoir des choses à raconter ; et suffisamment heureux pour avoir envie de créer.

Next story >

#CARVENSEENBY Arthur Dreyfus

En guise de Calendrier de l’Avent, Carven a donné carte blanche à 20 artistes afin qu’ils réinterprètent chacun une ou plusieurs pièces pharse de la collection croisière 2018. Pour revisiter les lunettes de soleil, Serge Ruffieux a commissionné Yuyi John, artiste touche-à-tout, créatrice notamment de tatouages éphémères.
Qui êtes-vous ?
Je suis un jeune homme vert qui aime le ciel bleu avec ou sans nuages. Tout ce qui m'émeut est doux : la douceur est mon maître-mot. Je crois que les mots sont des images et les images des mots. J'aurais aimé avoir le sens du rythme et un bon coup de crayon. À dix-huit ans je voulais être acteur. À dix-neuf ans j'ai compris que je ne savais pas réciter les mots des autres. À vingt ans j'ai écrit mon premier roman. Que symbolise pour vous cette période d'attente avant Noël ?
Elle rappelle l'utilité de la couette. J'aime comparer les plaisirs. Mieux vaut-il avoir chaud au soleil, les pieds dans le sable face à l'océan, ou bien dans mon lit au cœur de l'hiver, avec un thé aux épices et un ami à embrasser ? Quant aux cadeaux, je suis de ceux qui aiment mieux en faire. Si vous souhaitez me faire plaisir, demandez-moi de vous faire plaisir Quel serait votre rêve artistique ultime pour l'année 2018 ?
Qu'on laisse les artistes créer en paix sans fliquer leur inconscient ou leurs intentions. Mais je sais que c'est illusoire. Alors d'un point de vue plus personnel, mon rêve artistique demeure le même : être suffisamment triste pour avoir des choses à raconter ; et suffisamment heureux pour avoir envie de créer.